Le journal d’un guide à Hawaii

Premiers pas

6 janvier 2015

Salut tout le monde,

J’ écris ces quelques mots pour vous faire part de ma première semaine passée à Hawaii, sur l’ ile d’ Oahu.

Après un voyage chaotique (2 jours pour arriver), je pose enfin mes valises à l’auberge de jeunesse (backpackers) du North Shore. Elle se trouve à quelques centaines de mètres de Waimea Bay et environ 2 kilomètres de Pipeline.

Il fait beau et chaud donc j’ en profite pour faire un petit plouf pour me décrasser car seule la route sépare l’ auberge de la plage.

 

auberge jeunesse

L’auberge de jeunesse Plantation Village

Les deux jours suivants je bodysurfe uniquement à Ehukai sur le banc de sable à coté de Pipeline car les conditions ne sont pas optimales et le vent est quasiment onshore, mais c’est quand même fun car les vagues sont puissantes et la température de l’ eau est de 26°, largement de quoi se motiver pour une session!!
Premier test le lendemain: la houle est rentrée et c’ est loin d’ être clean, après avoir checké un peu partout je décide de surfer Rockpile, une gauche au sud de Pipeline et qui casse devant un amas de rochers, d’où son nom. Il n’y a personne à l’ eau car c’est un peu le chantier mais il y’ a une bonne vague qui passe de temps en temps.
Alors que je me change un lifeguard vient me voir pour me dire de ne pas y aller. Après négociation je parviens à le convaincre de me laisser rentrer dans l’ eau, cependant il m’a à l’oeil… je me mets à l’ eau donc, non sans une certaine pression car je n’ ai pas envie de passer pour un tocard.
Il faut savoir que le spot est plutôt « cascant » car il y a des rochers partout au bord donc la mise à l’ eau et la sortie peuvent s’ avérer compliquées.
Au final je m’ en sors plutôt bien, j’ arrive à choper quelques vagues dont une de série, plutôt fat genre 2m50. Sortie de l’eau à 100m au nord du peak car trop dangereux de sortir par les cailloux. Je salue les lifeguards en partant qui me répondent par un  » You did good, buddy ».
Depuis ce jour je m’ arrête souvent à Rockpile pour échanger quelques mots avec les lifeguards, ils sont vraiment sympas et respectueux, j’ espère pouvoir leur poser quelques questions sur leur métier pour écrire un article à l’ avenir.

 

rockpile

Rockpile le matin du 1er Janvier, encore en chantier…

Il y a quelques jours je fais la connaissance de Sean Enoka, créateur de la marque Kaha Nalu consacrée au bodysurf. Il me donne rendez-vous à Waimea pour une session à Pinballs en compagnie de Kaneali Wilcox et Rick Thomas, deux autres bodysurfeurs chevronnés. C’est une droite un peu molle qui casse dans la baie quand ce n’ est pas gros. Nous terminons dans le fameux shorebreak qui n’ atteint pas 1m ce jour là mais on prend des branlées quand même tellement c’ est puissant.
Le jour suivant Sean m’ appelle; il a un vélo à me prêter pour le séjour mais aussi un spot à me montrer…il m’ emmène sur un spot légendaire direction Honolulu: Point Panic!! Je suis surpris car le spot est sensé marcher uniquement l’ été avec les swells venant du sud, mais il me répond que la tempête de la nuit précédente a crée des vagues de vent et qu’il fallait tenter le coup.
En effet arrivé sur place la célèbre droite casse, peu affectée par un vent side shore. Les vagues font un bon mètre vingt sur les sets, je suis aux anges car je vais enfin pouvoir gouter à ce spot mythique.

 

bodysurfing area

réservé uniquement aux bodysurfeurs

conditions

Les conditions ce jour-là

La photo ne vous fera peut-être pas rêver mais cette session restera dans ma mémoire, tant la vague est bonne. Elle est d’ une régularité exceptionnelle, ce qui permet d’ envisager n’ importe quelle manoeuvre et le pire dans tout ça c’ est que c’ était loin d’ être la perfection.
Cerise sur le gâteau nous n’ étions que 4 dans l’ eau car le swell étant inattendu les locaux n’ ont même pas penser à checker le spot ce jour là.

A la sortie nous rencontrons plusieurs gars du Point Panic Crew, tous aussi farfelus les uns que les autres… Nous décidons de passer la journée là en attendant une deuxième session. Sandwichs, quelques bières sur fond de Bob Marley et le soleil en prime, la vie est belle à Point Panic. Les gars sont vraiment cool et nous échangeons beaucoup sur les différents spots de l’ île, les palmes et sur la France, j’hérite alors de mon nouveau surnom: French Frie (la frite).

 

sean enoka

Une partie du crew de Point Panic avec Sean Enoka (en jaune)

 

Da Fin

Pour les amateurs, voici la première version des Da Fin avec l’ aileron central

Nous retournons à l’eau pour deux bonnes heures de plus, les conditions sont toujours bonnes et même la gauche se met à marcher, on se régale. Je ne pourrais jamais assez remercier Sean pour cette journée.

Le lendemain Sean m’ emmène sur le spot de Pyramid Rock, beach break situé à l’ est de l’île sur une immense base militaire. Interdite au public il faut connaître un militaire pour pouvoir y rentrer. Pas de problème Sean a sympathisé avec un colonel des Marines il y a quelques temps, il nous fait entrer .
Les vagues ne sont pas terrible mais je me sens quand même privilégié d’ être là et ça me rappelle des souvenirs car j’ avais participé à une compétition en 2009 sur ce même spot.

 

Pyramid rock

Pyramid Rock, qui porte bien son nom…

Ces derniers jours n’ ont pas été fameux niveau vagues, Pipeline a marché juste un matin donc j’ ai pu y tremper les palmes et avoir 2-3 bonnes vagues, cependant il fait bon vivre sur le North Shore et j’ ai pu aller surfer tous les jours, je ne peux pas me plaindre.
Un beau swell est attendu pour la fin de semaine et une compétition de surf doit avoir lieu, le DaHui Backdoor Shoutout. Il y aura en parallèle du contest un expression session de Bodysurf organisée par Sean, malheureusement je ne pourrais pas y participer car il n’y a que 6 places disponibles et je suis loin d’ être prioritaire mais je pourrais vous montrer quelques images.
Sinon ma première compétition aura lieu à Makaha sur la côte ouest le week-end du 17 Janvier, donc pas mal de news à venir…

 

Pipeline matin

Un petit Pipeline sympatoche, sans trop de monde de bon matin

 

Je vous souhaite un bonne année 2015, à très vite !

Joël

Partager sur :